Les romans courts

16 janvier 2018

La bulle de Tiepolo (Philippe Delerm)

C'est l'histoire d'une toile convoitée par deux personnes, l'un est critique d'art à Paris, elle, est une jeune auteur italienne qui vient de connaitre le succés avec son premier roman. Le tableau est l'oeuvre du grand-père d'Ornela, artiste méconnu, son histoire est tenue au secret par la famille. Lui, Antoine a perdu son enfant tué dans l'accident provoqué par sa femme qui sera emportée un an plutard par un cancer. Il ressent un trouble en voyant ce tableau chez un antiquaire, il lui trouve des points de ressemblance avec sa grande passion pour Vuillard, il hésite, elle l'achète. Il ira jusqu'à Venise pour elle ou pour la peinture ? Philippe Delerm parle de Tiepolo, de Venise, du passé, empoisonné par la guerre. C'est un beau livre avec une fin peut être un peu sèche !

22293013

119 pages

Posté par Philippe Rey à 19:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]


11 janvier 2018

Bienvenue

Quelle idée saugrenue que celle ci! Ouvrir un blog sur les romans courts ! Allons droit au but, je n'ai plus le temps de consommer(ouh!le vilain mot) ces romans boursouflés dont les auteurs semblent s'être entendu pour me faire perdre mon temps, d'autant plus précieux que ce fameux temps libre est une folle illusion contemporaine, tant notre société est chrono-phage. De mon point de vue, un bon roman sera un roman court, c'est un éloge à la maigreur, je préfère l'intensité à la lenteur. Un roman doit se terminer pendant mon trajet en train Toulouse Bordeaux, retard compris. Au mieux 150 pages, je permets l'aller retour jusqu'à 200 pages. La plupart des livres que je présenterai ici auront au moins cette qualité expresse, ils auront aussi la diversité des époques et des lieux. Selon l'humeur du chef avec l'irrégularité qui lui est propre, les livres présentés ne seront pas toujours de la dernière nouveauté mais leurs intérêts seront garanties par ce petit écho qui reste parfois longtemps après le livre fermé, une présence insistante et amicale. Cette préférence pour les livres minces est récente. Pendant mes quarante premières années j'ai mangé des kilomètres de lignes, des classiques français, russes, japonais et des amériques, j'ai découvert d'autres mondes, j'ai partagé des idées, j'ai façonné ma manière d'appréhender le bruit des choses. En fin de compte la lecture aura été pour moi une seconde éducation, la plus riche en à pas douter! Lire c'était agrandir sa conscience aux autres, c'était entrer dans l'intimité des coeurs et des violences. Poursuivre mes lectures en les faisant partager à travers ce blog sera une nouvelle expérience, j'espère qu'elles amèneront de belles rencontres...

Posté par Philippe Rey à 20:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]